Racing 92- Stade Farnçais-antoine-burban C’est l’histoire d’une « fusion » très mal préparée. C’est l’histoire de 2 marques fragilisées.

Les 2 clubs franciliens avaient développé une notoriété et un nom inspirant chacun l’ambition, le palmarès et jusque-là, le sérieux et le professionnalisme.

Or Jacky Lorenzetti, le Président du Racing 92 et son homologue du Stade Français, Jérôme Savare, ont cru que ces 2 histoires, structures et valeurs de marque très différentes allaient « s’emboiter » comme par magie pour ne faire plus qu’un. Le tout sur fond de potentiel fragilisation du XV de France, rassemblé pour le Tournoi des 6 Nations, et dont certains des joueurs appartenant à ces 2 clubs auraient pu être déstabilisés.

Surpris qu’ils soient surpris !

L’interview du Président du Stade Français, Jérôme Savare, sur le plateau de Stade 2, ce 19 mars, était d’une incroyable candeur pour un décideur de ce niveau. Il a trouvé normal que l’annonce de cette fusion soit annoncée au médias et grand public avant même d’informer et de mobiliser ses équipes internes…

Il s’est même justifié en médiatisant auprès de ceux qui ne le savaient pas encore que le SF n’allait était financièrement très mal en point… Pas mieux pour accentuer la fragilisation de la marque et de l’actif qu’elle représente !

Originellement, peut-être que leur démarche était pertinente mais, en terme de communication, c’est toujours détestable pour un salarié (ou partie prenante) d’apprendre des faits aussi déterminants en même temps que le grand public. Comment voulez-vous, après, que cet employé fasse « spontanément » corps avec cette nouvelle équipe… La communication interne, c’est aussi et surtout de la reconnaissance !

Simple règle de communication « corporate » et RH

Quand on veut fusionner 2 entités, on prend le temps de s’assure que l’ensemble des « forces vives » internes soient déjà, sinon favorables ou, tout du moins, dans l’obligation d’accompagner le mouvement. Ensuite, « fort sur ses appuis »,  le collectif va communiquer le projet à son écosystème : sponsors, supporters, institutionnels (Anne Hidalgo n’a pas, non plus, apprécié…) puis aux médias et grand public. La nouvelle marque, ainsi créée, n’en sort que plus « compacte » et attractive… donc vendeuse !

 

Source photo : http://www.stade.fr/medias/photos/top-14-saison-2014-2015/racing-metro-92-stade-francais-paris

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer